Le Figaro.fr est un site d'information bien fait et lisible. Et il devient encore meilleur lorsqu'il juge objectivement les résultats des sondages en titrant sans détour : « A mi-mandat, le bilan Sarkozy critiqué par 58 % des Français ».

Voilà qui change de l'édition papier (autant de pages de droite que de pages de droite) qui faisait il y a quelques jours l'éloge du président à la moitié de son parcours élyséen lors d'une interview. Nicolas Sarkozy était appuyé dans l'idée qu'aucun de ses prédécesseurs ne bénéficiait après deux ans de pouvoir d'une situation politique aussi bonne.

Les événements sociaux montrent chaque jour le contraire. Et même l'électorat de droite se montre de plus en plus hésitant à suivre la voie sarkozyste, basée sur une hyper communication, mais peu agissante et munie de puissantes œillères.

L'article du Figaro.fr a tout de même ses limites. La baisse de popularité du président est par exemple expliquée par la multitude de polémiques (affaires Frédéric Mitterrand, Brice Hortefeux et Jean Sarkozy).

Certes, celles-ci n'ont pu qu'affecter négativement la cote de Nicolas Sarkozy : leur gestion a été déplorable. Mais le fond n'est pas vraiment questionné. La politique menée n'est que peu remise en cause.

On pourrait enfin imaginer que le titre « A mi-mandat, le bilan Sarkozy critiqué par 58 % des Français » apparaisse désormais à la Une du quotidien papier. Pour demain ? Peu de chance que cela arrive ! Pourtant, voir cette information dans l'espace public ouvert à tous, issue d'un média de droite et non réservé à des internautes en nombre limité serait démocratique. Ainsi, l'article ravira un moment les opposants à la politique de Nicolas Sarkozy... mais la persistance médiatique de l'info restera quasi nulle. Une soupape numérique en quelque sorte.