Depuis l'avènement de la crise financière, le trader a mauvaise réputation. Spéculateur parfois démesuré, voire escroc, il a perdu son aura de golden boy. Mais d'autres systèmes se sont déjà mis en place pour persévérer dans la funeste voie du gain facile sans foi, ni loi... Grâce à des ordinateurs surpuissants, certains acteurs du marché (banques ou hedge funds) pratiquent l'hyper-frequency trading, sorte de trading à grande vitesse. Ne laissant aucune chance aux investisseurs plus lents, ils biaisent les marchés et engrangent de colossales sommes d'argent par pure spéculation.