polémiques.info

Tu sais pas.

Mot-clé - discours

Fil des billets

Sarkozy : bis repetita non placent

Après le discours « copié-collé » de Nicolas Sarkozy devant les agriculteurs à Poligny, une question venait immédiatement à l'esprit : et si ce n'était pas la première fois ? Ce genre de copiage dédaigneux n'aurait-il pas été déjà utilisé par ailleurs ? Pour le savoir, un travail de comparaison s'imposait.

C'est le blog Bien Bien Bien qui s'est mis à la tâche. Lacommune.info a aussi cherché. Et qui cherche trouve. Pour BBB.net, Vincent Glad fait la revue d'autres auto-plagiats de la fainéantise (au mieux), voire du plus vif mépris politique de la collectivité (au pire). Commerçants, jeunes, Français à l'étranger... Eux-aussi ont eu droit à la même soupe froide alors qu'ils attendaient de vraies réponses à leurs difficultés.

On pourrait se dire qu'il n'y a pas de quoi s'étonner qu'un homme politique répète méthodiquement sa « pensée », avec les mêmes concepts, les mêmes formules. Mais ici, le problème tient dans la répétition totale des mots, à la virgule près, prononcés avec la même intonation, alors que le monde change, que la crise oblige à s'adapter, que les problèmes évoluent en quelques mois. Si le politique se limite à tel exercice, il n'est qu'un acteur répétant son texte.

Nicolas Sarkozy ne devrait plus s'estimer en campagne électorale, en meeting perpétuel. Or, son choix de devenir leader de la majorité (à la place du Premier ministre) pèse sur sa réactivité face à la crise. Enfermé dans sa logique électoraliste, figé dans son dogme idéologique, le président continue à produire une communication à base de grosses ficelles qui lui empêche tout pragmatisme, toute nouvelle réflexion.

Où est l'innovation politique dans tel comportement ? Le conservatisme n'a jamais été aussi fort, aussi immobile. Pourtant, en temps de crise, ce qui est dit deux fois sans résultat ne peut plus plaire aux Français.

ER - polémique info / polémiques.info

Discours copié-collé : rien de nouveau sous Sarkozy

2009-10-30_012051.jpgMardi 27 octobre, Nicolas Sarkozy a prononcé un discours adressé aux agriculteurs avec au programme la terre et l'identité nationale. Jeudi 19 février, Nicolas Sarkozy a prononcé un discours aux agriculteurs avec au programme la terre et l'identité nationale. Vous avez l'impression de lire la même phrase ? Voilà qui ne dérange pas le président de la République : huit mois après une première utilisation, ce dernier a recyclé le même discours pour servir un objectif électoral. Une attitude d'un incroyable dédain.

Lire la suite...

Discours de Versailles: longue vie au Président Sarkozy !

OLYMPUS DIGITAL CAMERALe Président de la République Nicolas Sarkozy intervient ce lundi 22 juin à 15 heures devant le Parlement réuni en Congrès à Versailles. Une première depuis 1873 sous la IIIème République du fragnolesque Adolphe Thiers. D’un point de vue strictement constitutionnaliste, on pourrait affirmer à première vue que le président n’aura ni plus, ni moins de pouvoir après ce rassemblement. A courte vue. Car dans les faits, l’absence chronique de contre-pouvoirs efficaces à ce présidentialisme exacerbé peut inquiéter. Si cette dérive présidentialiste n’est pas nouvelle, un élément symbolique sera nouveau : la possibilité d’une justification du système par l’acteur principal, adorateur de l’exercice. Sur quoi s’exprimera-t-il ? La crise ? Quelques sujets de société incontournables ?

500 000 euros, plus cher que Bill Clinton

Cela suffira-t-il à justifier le déplacement du Parlement et cette implantation à Versailles d’un coût de 500000 euros ? Aux symboles peuvent parfois d’ajouter des images fortement déplaisantes pour le pouvoir en place... Hier, sur France Inter, un humoriste persifleur jugeait drôle de rapprocher quelques dates de l’histoire, de 1789 à 2009. Ce matin, toujours sur la même radio, une journaliste qualifiait l’instant de «solennel». Définitions possibles : «Célébré publiquement avec apparat» ou «empreint de gravité, majestueux».

Quelques députés socialistes ont décidé de protester contre une « séance d’egoprésidence » et de lancer des « États généraux pour une République Moderne ». Rappelons qu’en cette endroit, les députés du Tiers État avaient refusé de se plier au desideratum du roi de France. Versailles permet tellement de rapprochement historiques faciles... Les comparaisons, ça se mérite.

Ancien Régime sec

Gérard Longuet (UMP), a quant à lui voulu s’exprimer sur une volonté «utilitariste» de l’emploi de ce lieu. «Pour une raison de place», a-t-il dit, prétextant le plus sérieusement du monde qu'on manquait de grandes salles à Paris. Curieux, lorsqu’on sait que bien des élus seront obligés à Versailles de rester dans des travées annexes pour assister au discours... Un discours auquel échapperont de toute façon les députés PC, Parti de Gauche et Verts, ayant décliné l’invitation. Il est vrai que 10 minutes pour répondre par groupe, comme le prévoit le protocole, c’est un peu (l'ancien) régime sec...

S'abonner au flux RSS