2009-06-10_204736.jpgLa «riposte graduée», pierre angulaire de la loi Hadopi, censée aider les artistes contre le piratage a été censurée par le Conseil constitutionnel. Et cela, au nom de «la liberté d’expression et de consommation» dont Internet est «une composante», puisqu' «en droit français, c’est la présomption d’innocence qui prime».