polémiques.info

We're not journalists. We just have internet access.

Tu sais pas.

TF1 : tu paries en direct que tu vas perdre ?

Premiers effets de la libéralisation des paris en ligne : les commentateurs du match font en direct la pub des sites en ligne. Ce n'est pas plus dur que de lire le nom des joueurs sur les maillots. Mais ça peut rapporter gros sur le dos du « pauvre » téléspectateur.

Suite à la libéralisation des paris en ligne, on peut désormais passer sa Coupe du monde de foot à risquer son argent. Quel score, quel résultat, qui marquera le premier but, qui marquera le dernier... On peut parier sur tout avec un système de cotes qui évoluent en temps réel.

C'est tout de même moins sympa que la traditionnelle soirée pizza-coca entre potes devant le petit écran. Quant à savoir si on peut s'enrichir avec tel système, n'oublions pas qu'on peut toujours tout perdre alors que le gain est lui toujours limité. Idem pour les variantes d'autres jeux sur internet : pour gagner de l'argent au casino, il faut... en posséder un.

Une armée de spots publicitaires ont surgi sur les ondes. Les groupes ayant hérité d'une juteuse licence d'exploitation peuvent faire la pub pour le pari. Mais pour TF1, ce n'était pas assez d'encaisser la valeur de ces spots. Il fallait aussi prendre l'argent directement dans la poche du téléspectateur. Pour ce faire, il y avait déjà les SMS surtaxés. Ce n'était pas assez. Mieux exploiter le temps de cerveau disponible était possible.

DIRECT DANS LE PORTE-MONNAIE

Comment ? A plusieurs reprises durant les premiers matchs de la Coupe du monde de foot diffusés par la chaîne, on a pu entendre cet étrange commentaire : « La cote de ce match est toujours de 2 pour l'équipe de France. Vous pouvez trouver plus d'informations sur tf1.fr... »

Une cote pour commenter un match, ça sert à quoi ? En théorie, le boulot de l'heureux élu payé grassement pour lire le numéro des maillots des joueurs doit s'en tenir au jeu. Désormais, il devra se transformer en VIP du pari en renvoyant le site internet de TF1 qui propose une rubrique « jeux et paris » en partenariat avec la FDJ (l'ancienne Française des Jeux, feu patrimoine public).

Voici un moyen moderne de racketter le pauvre téléspectateur qui se retrouve guignol d'une loterie dont les gains sont reversés à de grands actionnaires. L'impôt idiot du loto n'existe même plus. Encore une nouvelle variante du « mieux-disant » culturel.

S'abonner au flux RSS