polémiques.info

We're not journalists. We just have internet access.

Tu sais pas.

Danger : la grippe A cause... une émeute autour d'un match de foot

2009-10-26_092950.jpgLe « classicon » OM-PSG a été annulé pour cause de grippe H1N1 à quelques heures du match de football. Cette belle invention médiatique, qui a réussi en quelques années a transformer une rivalité régionale en haine hostile, n'avait pas besoin de ça : le centre de Marseille a été exposé à la violence des hooligans parisiens et marseillais. Le président de la Ligue, Frédéric Thiriez, a tenté de se justifier en décrivant une situation sanitaire changeante vis-à-vis des joueurs malades. Mais fallait-il interdire une rencontre au dernier moment pour quelques cas de «grippette» ? Partout ailleurs en France se jouaient des matchs dans des stades remplis à ras bord, avec des risques de contamination bien plus élevés. Qui a vraiment pris cette décision ridicule ?

Hier dimanche (26/10), le centre de Marseille et notamment les abords de la gare SNCF ont été transformés en lieux de combats, sous le regard des forces de police et CRS débordées et passives, réfugiées en haut des escaliers de Saint Charles.

En cause, l'annulation de la rencontre de football OM-PSG. Plusieurs centaines de supporters parisiens avaient déjà fait le déplacement dans le sud pour assister au match. Son report a donné à quelques hooligans, soucieux de rencontre leurs homologues marseillais, un excellent prétexte pour tout casser.

IRRESPONSABILITÉ

Sans leur défoulement du dimanche basé au minimum sur la violence verbale à déverser dans les tribunes du Stade Vélodrome, l'explosion était inévitable. Aucun dirigeant, responsable, politique, ne pouvait l'ignorer. Une interdiction du jeu la veille était encore une option raisonnable sur le plan de l'organisation. Mais le lendemain, alors que tout le monde était sur place, celle-ci devenait ridicule et dangereuse. Pas pour cause de grippe A, mais d'irresponsabilité.

Deux joueurs du PSG (Giuly et Sissoko) ont contractés la grippe la semaine dernière. Un cas était en cours d'analyse, celui d'un milieu de terrain (Clément). C'est ce troisième cas qui aurait convaincu le président de la Ligue, Frédéric Thiriez de supprimer la rencontre. Est-ce une plaisanterie ? Prendre cette décision pour la santé des joueurs alors que d'autres ont lieu en France partout, avec des milliers de spectateurs réunis dans les tribunes, développant un risque de transmission bien plus élevé que chez les gros salaires en short, est incompréhensible.

Soit la grippe A est dangereuse et il faut alors interdire toutes les rencontres, fermer tous les lieux de spectacles; soit sa dangerosité est si faible que rien n'oblige à telle extrémité. Tous les scientifiques s'accordent aujourd'hui à dire que la grippe A n'est pas un virus dangereux, même s'il se diffuse plus rapidement qu'une grippe saisonnière. Les graves incidents à Marseille sont eux bien tangibles et ont fait de nombreux blessés.

« AUX ORDRES »

Les responsabilités devront être établies dans les prochains jours. Le naïf et tendre nouveau président du PSG, Robin Leproux, se voit déjà soupçonné de pressions auprès de la Ligue pour reporter le match, à cause de l'affaiblissement temporaire de son équipe : « Je suis abasourdi que l'on dise ça. On a tout fait pour prévenir du risque. L'annuler au dernier moment, c'est difficile. Désormais, il se passe des choses graves à Marseille, il y a pas mal de blessés à l'arme blanche», a-t-il déclaré.

Or, en effet, c'est bien la Ligue qui a pris cette décision. C'est elle qui est responsable de la tenue des match en Ligue 1. Rappelons ce que Frédéric Thiriez avait déclaré au sujet de la gestion de la grippe : « Nous sommes aux ordres du gouvernement et en particulier de la cellule interministérielle de crise ».

On attend donc de savoir quel aura été le rôle de Roselyne Bachelot dans cette décision inepte.

S'abonner au flux RSS