polémiques.info

We're not journalists. We just have internet access.

Tu sais pas.

Mon manager s'appelle toujours Maîtresse Domina...

pub3.jpgSuite au précédent article "Une publicité qui aime le management à coups de fouet", publié sur Polemiques.info et Marianne2.fr, plusieurs commentaires ont évoqué une "mauvaise interprétation" de la campagne de pub de Kelformation.com (voir visuel). L'affiche serait drôle, à prendre au second degré. Pourquoi pas... Mais alors, c'est pire !

Merci pour l'ensemble de vos remarques constructives qui développent une réflexion sur « l'esprit » de cette publicité. Elles invitent à la lire au second degré, en faisant preuve d'intelligence... Ne doutons pas que les publicitaires sont remplis d'humour et très malins.

Intéressons-nous maintenant au produit. Visitons le site Kelformation.com. Cherchons une formation de manager, au hasard. Parcourons son programme : « Anticiper les résistances prévisibles du corps social et des équipes. (...) Discerner les phénomènes de résistances au changement, devancer le poids des modes, des routines et des habitudes. Surmonter les résistances. Repérage des acteurs et stratégies d'action adaptée. Discerner les signes de l'acceptation et de la mise en œuvre. Valoriser les nouveaux 'héros' et les actes 'fondateurs'.»

Se débarrasser des résistances du corps social, casser les habitudes, repérer les acteurs responsables et leur réserver une « stratégie d'action adaptée » : être ciblé par son manager, quelle chance ! Et celui qui n'est pas un « héros » , il devient un zéro ? Je pense alors au commentaire de Kiravi : « Ella Roche a effectivement mal interprété la pub, ce qui n'enlève rien au cynisme de celle-ci. Elle signifie : 'si vous êtes un peu brutal dans vos manières avec vos salariés, venez chez Kelformation.com, on vous apprendra à presser le citron en douceur' ».

Mais si cette publicité a pour objectif de montrer au second degré un mauvais manager qui aurait besoin d'une bonne formation pour le rendre meilleur, alors son cynisme est encore plus grand : il s'agirait de faire croire que les managers vont dorénavant être formés d'une autre manière au sein d'un système d'encadrement inchangé. Ce dernier qui réclame toujours des résultats à deux chiffres !

En résumé, peu importe l'interprétation que l'on fait de la publicité. Son produit est vendu en exploitant une réalité dérangeante, ce qui est de simple mauvais goût.

J'ai vu cette affiche dans le métro. Je n'ai pas ri. Peut-être parce que je n'ai pas compris que «le créatif a surfé sur l'actualité en dénonçant les méthodes de management un peu trash qu'il n'est malheureusement pas rare de croiser dans les entreprises en période de crise (même quand l'éco tourne bien...)» comme le propose Mistercham. Peut-être aussi parce que je pense que l'utilisation de certains symboles par les publicitaires n'est pas soutenable vis-à-vis de l'actualité. L'affiche ne fera pas rire tous ceux à qui elle est imposée. Non à cause d'une incompréhension. Plutôt par ressenti, voire expérience.

Le lecteur Ash écrit à ce sujet : « A titre d'exemple j'ai fait un sondage autour de moi et la thèse 1/ (celle soutenue par l'article) a la part belle pour l'instant. » Une réaction de sens commun qui montre que le public a autre chose à faire que de juger un ensemble marketing, ce « tout » comme le dit XMT dans les commentaires. Car cette publicité ne prend pas de gants pour envoyer ses messages au corps social. Elle frappe les gens individuellement, choque pour vendre. Pourtant, même un publicitaire devrait pouvoir se mettre à la place de ceux qui reçoivent les coups dans la réalité.

Ella Roche - Polémique.info

pub3.jpg

S'abonner au flux RSS