polémiques.info

We're not journalists. We just have internet access.

Tu sais pas.

Prince is really free in Paris ! BHL se souviendra de son concert à la Cigale...

Prince était en concert ce lundi 12 octobre à la Cigale. Un concert d'anthologie. De nombreuses personnalités étaient présentes, dont Bernard Henri-Lévy et sa compagne. Ce dernier aura pu entendre quelques mots du musicien américain à propos de son propre pays : très durs. Le génie est toujours imprévisible...

Le chanteur américain Prince vient de livrer une exceptionnelle performance à la salle parisienne La Cigale. Un peu moins de trois heures d'une puissante démonstration axée sur de la vraie musique par de vrais musiciens qui a conquis un public en pleine communion avec l'artiste.

Après avoir donné en pâture quelques morceaux de son dernier album LotusFlow3r, merveilleusement orchestrés, le musicien de Minneapolis a transformé la scène en fonderie du funk, du rock et de la pop en reprenant quelques titres de Sly And The Family Stone (Thank You), Michael Jackson (I Want You Back), The Beatles (Come Together) et The Ohio Players (I Want to Be Free).

Son propre répertoire n'a cependant pas été oublié pour le plus grand bonheur de ses adorateurs, nécessairement convertis par tant d'attention. Les rares titres "Girl" et "Forever in my life" ont enchanté l'assistance. Prince s'est aussi illustré dans des solos de guitare que l'on nomme souvent d'anthologiques. Même le frenchy Frédéric Yonnet, pourtant au sein du groupe (brillant à l'harmonica), ne semblait pas en revenir lui-même, participant sur scène au concert comme dans un rêve.

Prince a prouvé être capable après ses concerts au Grand Palais d'une montée en qualité dont bien des apprentis apparatchiks du divertissement seraient incapables de réaliser.

PRINCE PARLE DES ÉTATS-UNIS... EN MAL

Comme souvent, c'est dans ces moments précieux qu'apparaissent les cris du cœur. Au moment de la reprise du Come Together des Beatles, Prince l'américain a parlé en quelques mots de son pays, avec une étonnante impression négative, évoquant notamment l'avidité du pétrole et des ressources naturelles des États-Unis. L'auteur de Purple Rain a loué la "liberté" de Paris, qu'il ne semblait plus retrouver Outre-Atlantique, exprimant son sentiment que lui-même et ses concitoyens étaient là-bas en train de devenir des "esclaves". Une thématique déjà abordée dans l'un de ses titres intitulé "The War".

On aimerait connaître la réaction à ces propos de Bernard Henri-Levy, présent dans la salle avec sa compagne, notamment auteur de l'essai Vertigo made in USA et grand fan du modèle de société proposé par l'Oncle Sam... A moins que pris dans la tornade funk, il ne se soit aperçu de rien. C'est tout le mal qu'on lui souhaite.

Les génies ont toujours leurs mystères. Mais une certitude demeure : là où ils se sentent bien, ils donnent le meilleur d'eux-mêmes. Prince se sent libre à Paris et trouve la capitale française très jolie : ses concerts en sont délicieux. Tant mieux ! Prince ne supporte plus les USA ? La France l'adopte les bras ouverts !

Voilà définitivement une chance pour découvrir ou redécouvrir l'un des derniers géants de la scène mondiale, Guitar Hero n'en finissant plus d'écrire sa royale légende.

Polémiques.info

S'abonner au flux RSS