polémiques.info

We're not journalists. We just have internet access.

Tu sais pas.

PS : le casting de l'ancienne star

Une semaine après le référendum interne sur la rénovation du Parti Socialiste, Martine Aubry souhaite plus que jamais l’unité. Et la rénovation. Mais pour elle, pas de chance, cela devient antinomique...

Les élections régionales approchent. Vu qu’il sera impossible pour le PS de faire mieux que le carton plein de 2004, Martine Aubry cherche la formule pour perdre le moins de régions possibles en 2010 (20 sur 22 sont actuellement gérées par la gauche). Au départ, l’objectif semble raisonnablement atteignable : le Parti Socialiste est toujours un parti localement affirmé, voire en bonne santé. Encore faudrait-il qu’il exerce encore une vraie politique de proximité qui soit de gauche et non d’amicale gestion électoraliste, mais ceci est un autre débat... Quoique...

Pourtant, vu l'état maussade du Parti, l'élection semble loin d'être gagnée. Alors pour faire face à cette échéance, la première secrétaire du PS a ressorti son kit du petit alchimiste politicien. Il faut pour son parti de l’unité et de la rénovation. Toute la semaine, Martine Aubry a donc préparé une déclaration pour répondre au récent vote des militants au sujet du changement interne tant demandé. Elle allait annoncer du neuf, des personnalités qui bouches, des mecs et des nanas capables de tout changer... Vous allez voir ce que vous allez voir...

WHEN I'M SIXTY-FOUR

Bon, déjà, vous n’aurez que des hommes. Moyenne d’âge : 62 ans. Encore un effort, et le PS pourra choisir comme chanson de meeting « When I’m sixty-four » des Beatles. A moins qu’avec tous ces seniors (les vieux) qui se multiplient en France, ceci tienne d'une fine stratégie... Attention, ne nous méprenons pas. Les vieux sont utiles à la société. Leur engagement associatif est précieux. Leur rôle familial et intellectuel, aussi. Simplement, ils devraient impérativement arrêter de travailler après 60 ans. Enfin bientôt 67.

Sortis gagnants du casting de l'ancienne star : Laurent Fabius et Bertrand Delanoë ! Ce sont eux qui rejoignent les rangs de la rénovation, rappelés par Martine Aubry. Tous deux avaient été défaits au congrès de Reims, les voilà replacés aux premières loges. Braves militants, vous en avez de la chance.

Tout ceci est nécessaire : pour gagner, il faut l’u-ni-té. Ces rappels obéissent à l’u-ni-té dans le cadre de la ré-no-va-tion. Mais alors... Serait-il impossible de rénover avec des jeunes (au moins de nouvelles têtes) tout en faisant l’unité ? Dans la pensée de Martine Aubry, ceci est devenu an-ti-no-mi-que. Prenons un exemple pour définir ce mot :

« Dans sa forme présente, la propriété se meut entre ces deux termes antinomiques : le Capital et le Travail. » Karl Marx et Friedrich Engels - 1847

« Dans sa forme présente, le Parti Socialiste se meurt entre deux termes antinomiques : la rénovation et l’unité. » Martine Aubry, première secrétaire du PS - 2009

A lire : le journaliste pervers monomaniaque Gérald Andrieu, spécialiste du PS, s’en donne à cœur joie dans Marianne2.fr sur ce sujet.

S'abonner au flux RSS