polémiques.info

We're not journalists. We just have internet access.

Tu sais pas.

Clara Morgane en idole anti-viol : kan c con, c con

clara_morgane_campagne.jpgLe Collectif Féministe Contre le Viol (CFCV) vient de lancer une campagne vidéo pour sensibiliser le grand public à la gravité des violences sexuelles. Intitulée en langage SMS «Kan c non, c non», celle-ci met en scène Clara Morgane, ancienne actrice de films X. Si la lutte contre le viol mérite l’attention et le soutien de tous, la médiocrité de la méthode utilisée fait polémique : mais à qui s’adresse cette campagne ?

Filmée en vision subjective, la vidéo ''«Kan c non, c non»'' met en scène Clara Morgane en tenue légère, accueillant chez elle un plombier trop entreprenant. La jeune femme repousse son agresseur. L’homme est alors confronté à son image, à travers un miroir. Grâce à un effet spécial, sa tête est remplacée par celle d’un chien. Clara Morgane lance alors le slogan de la campagne du CFCV (1) contre le viol : «Le désir, c’est pas contagieux. Quand c’est non, c’est non».

Casting

Clara Morgane, chef d’entreprise dans le prêt-à-porter, ex-star du X, a-t-elle le droit de participer à une campagne de lutte contre le viol ? Assurément, oui. Emmanuelle Munos – son vrai nom – est une citoyenne comme une autre. Elle s’engage et ne manque d'ailleurs pas d’afficher quelques idées en politique, comme son soutien à Nicolas Sarkozy.

En revanche, la méthode utilisée est-elle la bonne ? Assurément, non. La vidéo réalisée par Alexandre Kourilsky et Éric Huc (agence de pub Young & Rubicam Digital) reprend lourdement l’esthétique des films pornographiques avec son lot de clichés et de comportements évocateurs sur-joués. Son titre, en lettres roses, présente «Clara Morgane», et laisse penser que celle-ci joue son propre «rôle». Son concept montre une femme, dont on rappelle constamment qu’elle jouait dans des films X dans la réalité, confrontée à un homme dont on condamne justement le fait qu'il puisse voir la réalité comme dans un film X. Cherchez l'erreur.

Le message important qu’une femme ne peut aucunement être sollicitée (et peu importe sa tenue vestimentaire) pour un acte sexuel qu’elle ne désire pas est donc transmis au grand public grâce aux codes des films pornos. Ce qui sous-entend que les auteurs de la vidéo ont adopté le postulat suivant : tout le monde a déjà vu un film porno. Y compris les plus jeunes.

«Depuis quelques jours, les internautes peuvent découvrir la dernière vidéo de Clara Morgane sur le site : www.kancnon.fr, contenu classé X conseillé aussi aux moins de 18 ans.», rappelle le communiqué du CFCV pour annoncer sa campagne. Les «moins de 18 ans» sont ainsi invités à comprendre une vidéo qui utilise, pour faire passer son message, des codes de films qu’ils n’ont pas le droit de voir. Cherchez l’erreur (bis).

Bien des personnes penseront qu’il est naïf de croire que les adolescents n’ont jamais vu de leur vie un film X. Ce qui est naïf, c’est de croire que l’imagerie pornographique en libre-accès sur le net n’est pas une violence pour eux. Faut-il se résigner à cet état de fait ? C'est en tout cas bien résignés qu'il faut imaginer les jeunes qui vont rechercher sur Google qui est Clara Morgane après avoir vu la vidéo...

Langage pour public ciblé

S'être servi des codes du cinéma porno n’est pas le seul élément de la vidéo qui interpelle. Pourquoi avoir utilisé le langage SMS (2) ? Utiliser le langage SMS sur un téléphone portable est pratique. Mais s'en servir comme d'un langage de compréhension appelle une autre question : à qui s'adresse cette campagne ?

A première vue, aux jeunes. Mais pas à ceux qui ont bénéficié d’une bonne éducation, dans un environnement favorable, dans les beaux quartiers. Eux n'apprennent pas et n'échangent pas des informations importantes de cette manière. Le stéréotype laisse plutôt l'utilisation de ce mode de communication aux jeunes des zones plus populaires, n'ayant pas étudié dans les meilleures conditions... En résumé, les jeunes des banlieues défavorisées.

Pourtant, on croyait que le problème du viol concernait toutes les couches de la population, tous les milieux sociaux et toutes les classes d'âges... Pourquoi passer par le biais d'un langage jeune, hélas marqué socialement, à la capacité d'intelligibilité réduite ?

La campagne «Kan c non, c non» souhaite dénoncer les violences sexuelles en utilisant une méthode fondée sur l'émotion et la réaction. Le choix de transformer, à la fin de la vidéo, un homme malade et violent en une bête, corrobore cette impression. La démarche laisse perplexe, surtout lorsqu'elle est censée être appuyée par des spécialistes...

Selon le CFCV, «dans 83% des cas, l’agresseur est un proche ou quelqu’un connu de la victime.» Ce clip représente donc seulement 17% des cas et rate une majeure partie de sa cible.

«Plus qu’une campagne de sensibilisation, KAN C NON… C NON ! est un réel cri d’alarme, dont l’objectif est d’interpeller, faire réfléchir et lever des tabous», poursuit le Collectif dans son communiqué de presse. Manifestement, la tentation du buzz a été plus forte que la volonté de transmettre du sens. La polémique générée servira bien peu la cause juste de la lutte contre les violences sexuelles.

(1) Collectif Féministe Contre le Viol - (2) Exemple de langage SMS : "ma cité va craquer" devient "ma 6T va craker"

Commentaires

1. Le mardi, juin 2 2009, 17:26 par Nina Sotte Fille

Cet article reprend point par point la réflexion que je me suis faite en voyant cette campagne. Ca me rassure un peu, je ne suis donc pas la seule à penser ça. Pourvu que les jeunes à qui cette campagne est adressée arrivent à décoder ce qu'il y a derrière. Pourvu que les campagnes de sensibilisation de ce genre qui en plus, traitent de sujets graves à ne pas prendre à la légère, se rendent compte de leurs erreurs et corrigent ça dans leurs prochains spots.

2. Le mardi, juin 2 2009, 21:56 par Xavi Hernandez

C'est à croire que celui qui a écrit cet article n'aime ni le porno ni le viol ni la vulgarité ni les clichés, merde quoi! Fait quoi le week end çui-là, lit des bouquins ou quoi!?

S'abonner au flux RSS