polémiques.info

We're not journalists. We just have internet access.

Tu sais pas.

«Affaire Tarnac» : le député PS Arnaud Montebourg demande la démission de la ministre de l’Intérieur

montebourg_coupat_position.jpgDans un texte intitulé « Ce romantisme de Tarnac qu’on a jeté en prison », Arnaud Montebourg demande la démission de la ministre de l’Intérieur Michèle Alliot-Marie. Le député socialiste lui reproche d'avoir laissé en prison Julien Coupat sans aucune preuve pour « faire monter une sauce politicienne au goût infect ». Dans les faits, Coupat, qui était soupçonné d'avoir participé aux sabotages de caténaires de lignes ferroviaires, vient d'être libéré. Son dossier judiciaire, d'une insoutenable légèreté, ne justifiait aucunement l'emploi du mot « terrorisme ».

« Sept mois de prison infligés à un innocent pour faire monter une sauce politicienne au goût infect, dans n'importe quel pays démocratique, cela vaut une démission. » La charge du député Arnaud Montebourg contre la ministre de l'Intérieur est sans concession. Selon lui, la gestion de l’arrestation et l'inutile détention prolongée de Julien Coupat n’avait pour but que « d’impressionner l’opinion » et de créer un « ennemi politique imaginaire ».

Pour arriver à ce résultat, le gouvernement aurait utilisé des « moyens policiers démesurés », « trouvé des juges soumis au pouvoir » pour finalement « incarcérer sans preuve des jeunes qu’il savait innocents ». Pour Montebourg, Coupat reste un « romantique » initialement soupçonné d’une « dégradation de caténaires de TGV, dont chacun ne peut qu’admettre qu’elle ne pouvait causer aucun autre trouble que celui d’endommager quelques pantographes de trains, sans jamais risquer la vie de quiconque. »

"MANIPULATIONS JUDICIAIRES"

Dans les faits, le dossier judiciaire apparaît comme quasi vide. Il ne reposait guère que sur un texte d'opinion intitulé « L’insurrection qui vient » dont Julien Coupat affirme lui-même ne pas être l'auteur. En théorie, la liberté d'opinion est respectée en France.

Montebourg attaque une certaine idée de la justice : « La porte est maintenant ouverte aux manipulations judiciaires les plus dangereuses, parce qu'arbitraires, surtout depuis que le pouvoir a pris possession du troisième pouvoir, en organisant la soumission méthodique des juges. Des citoyens innocents pourront être jetés en prison pour permettre au pouvoir de faire ses démonstrations politiques. La confusion entre la justice et la politique est un danger que ce régime fait courir à la République. »

Dans un entretien au Monde, Coupat parlait d'une gauche tétanisée. Manifestement, elle sait encore se réveiller...

Voici le texte complet du député PS (publié par Mediapart.fr) :

Ce romantisme de Tarnac qu'on a jeté en prison

Des adultes qui intellectualisent le juste dégoût que leur procure la société, des jeunes hommes et des jeunes femmes qui critiquent le monde dans une radicalité pacifique, des êtres qui décident de vivre selon leurs idéaux, voilà ceux que la justice politisée du régime a décidé de construire en coupables par avance. Une affaire obscure de dégradation de caténaires de TGV, dont chacun ne peut qu'admettre qu'elle ne pouvait causer aucun autre trouble que celui d'endommager quelques pantographes de trains, sans jamais risquer la vie de quiconque, voilà ce que la justice aux ordres de la ministre de l'Intérieur a eu le ridicule de qualifier de terrorisme. Il s'agissait d'inquiéter le pays en créant de toutes pièces et avec des grosses ficelles un ennemi politique imaginaire, "l'ultra gauche", reformulation contemporaine du bolchevique rouge vif au couteau entre les dents, lequel allait s'en prendre à vous, braves et honnêtes gens de France. Mais pour faire exister un ennemi qui n'existe pas, il fallait impressionner l'opinion en accusant a priori et à tort Julien Coupat et ses amis, en déployant des moyens de police démesurés pour prouver ce qui n'a pas pu être prouvé. Il fallait surtout trouver des juges soumis au pouvoir et dociles comme des agneaux qui acceptent de commettre la plus grave des injustices, la plus grossière des forfaitures : incarcérer sans preuve ces jeunes gens qu'ils savaient innocents. Monter un dossier judiciaire de toutes pièces avec des abus procéduraux en tous genres à la clef, pour pouvoir faire de la politicaillerie à la petite semaine, voilà ce dont est capable le régime sarkozyste. La porte est maintenant ouverte aux manipulations judiciaires les plus dangereuses, parce qu'arbitraires, surtout depuis que le pouvoir a pris possession du troisième pouvoir, en organisant la soumission méthodique des juges. Des citoyens innocents pourront être jetés en prison pour permettre au pouvoir de faire ses démonstrations politiques. La confusion entre la justice et la politique est un danger que ce régime fait courir à la République. Julien Coupat, le romantique de Tarnac, coupable de ce qu'il pensait et de ce qu'il avait dans la tête, plutôt que de ce qu'il a fait, symbolise désormais la victime des abus judiciaires du régime. Maintenant qu'il est enfin libre, et que la justice a relâché ce prétendu dangereux terroriste, il va falloir que la ministre de l'Interieur s'explique sérieusement sur la manipulation à laquelle elle a honteusement prêté sa main, et qui a conduit à priver de liberté ces jeunes gens. Sept mois de prison infligés à un innocent pour faire monter une sauce politicienne au goût infect, dans n'importe quel pays démocratique, cela vaut une démission.

Arnaud Montebourg Député de Saône et Loire 28 mai 2009

Commentaires

1. Le vendredi, mai 29 2009, 16:00 par oma

Elle ne me semble pas bouger beaucoup plus que les lèvres...

2. Le samedi, mai 30 2009, 18:50 par Robin

Ptet qu'un seul mot suffirait...

S'abonner au flux RSS